Comment bien acheter son cheval ?

Pour savoir si tu es prêt(e) à sauter le pas, commence par réaliser ce test, puis on se retrouve pour la suite.

  • Je suis :
    ♥ Salariée
    ♣ Etudiante

 

  • Je suis âgée de :
    ♥ + 25 ans
    ♣ Entre 18 et 25 ans
    ♠ – 18 ans

 

  • Suis-je indépendant(e) financièrement ?
    ♥ Oui, je m’assume seule.
    ♣ Mes parents m’aident, mais je bosse à côté.
    ♠  Ce sont mes parents qui s’occupent de tout.

 

  • Quelle est mon expérience avec les chevaux ?
    ♥ J’ai déjà eu des demi-pensions et/ou des chevaux confiés.
    ♣♠ Je suis cavalière de club.

 

  • Je monte depuis :
    ♥ + 10 ans
    ♣ Entre 5 et 10 ans
    ♠ – 5 ans

 

  • Quel est mon niveau ?
    ♠ G1 – ♠ G2 – ♠ G3 – ♣ G4 – ♣ G5 – ♥ G6 – ♥ G7

 

  • J’ai fais une pause dans l’équitation :
    ♥ Jamais ou inférieure à 1 an
    ♣ Entre 1 et 3 ans
    ♠ 5 ans et plus

 

  • Quelles sont mes connaissances du cheval ?
    ♥ Je sais détecter les premiers symptômes d’un problème (colique, boiterie, fourbure…), réagir en conséquence, prodiguer les premiers soins si nécessaire.
    ♣ Je sais soigner les petits bobos (petites blessures superficielles etc…)
    ♠ Hein, une colique ? Une fourbure ? Quesako ?

 

  • Suis-je encadrée ?
    ♥ Oui, et je mettrais mon cheval en pension.
    ♣ Oui, mais mon cheval sera chez moi, mes parents s’y connaissent.
    ♠ Non, je me débrouille.

 

Tu as un maximum de ♠ : Je te conseille d’attendre encore un peu, de continuer à évoluer dans ton équitation, tes connaissances et ta vie personnelle avant de songer à sauter le pas. N’hésite pas à prendre des demi-pensions, aider aux écuries, lire des livres pour continuer à progresser et apprendre pour pouvoir accueillir ton cheval dans les meilleures conditions et en profiter au maximum sans regrets ni trop de difficultés.

Tu as un maximum de ♣ : Disons que tu es partiellement prêt(e) à sauter le pas. Ce n’est peut être pas la période idéale, et tu pourrais patienter encore un peu, mais avec une bonne organisation et un bon encadrement (à ne surtout pas négliger) tu peux le faire.

Tu as un maximum de ♥ : Tu es prêt(e). L’expérience acquise au fil des années a porté ses fruits, tu es enfin stabilisé(e) dans ta vie et peut accueillir une grosse bête à 4 membres sans t’arracher les cheveux de stress car ce choix est prématuré. Cela ne néglige pas le fait de bénéficier d’un encadrement, car avec les chevaux, on ne cesse jamais d’apprendre.

_________________________________________________________________

Que faire en premier lorsqu’on prévoit un achat? 

J’en suis à mon second achat, peut être pas le dernier (chut mon copain va me tuer s’il lit ça), mais je vais vous décrire ce que je fais avant toute recherche. Pour éviter de faire des bêtises et cibler clairement mes besoins.

FAIRE UNE LISTE  !

On commence par nos objectifs :

  • Ce que je veux faire : CCE, CSO, Dressage, Ballades, Randos, Endurance, compagnie  etc…
  • A quel niveau : Loisirs/Club, Amateur (3 ou élite), Pro
  • Mon niveau et mon expérience actuels
  • Le niveau que je souhaite atteindre ( de « je ne passe plus de galop » à « je veux passer mon BPJEPS ou devenir cavalier professionnel »)
  • Temps disponible

Pour ensuite définir le type de cheval qu’il nous faudrait

  • Son mental (froid, avec plus ou moins de sang…) 
  • Capacités/Expérience (débourré ou non, seulement les bases ou plus, enchaîne telle ou telle hauteur, potentiel pour aller sur telle ou telle hauteur)  
  • Taille/modèle (petit cheval pour passer partout en balade, ou grand cheval osseux, massif et puissant pour aller sauter 130) 
  • Âge (du poulain au cheval d’expérience)
  • Éventuellement race ou croisements de races (AA, PS, poney, jusqu’au demi-trait)
  • La couleur (qui pour moi doit arriver en dernier critère) 

Ne pas oublier de définir son budget qui doit être cohérent avec les objectifs (un cheval de loisirs ne vaut pas le même prix qu’un cheval pour sortir en épreuves pro cela va de soit!) 

_________________________________________________________________

A quel âge le choisir ? 

/!\ Chaque individu est différent. Je vous cite les grandes lignes, mais le cas par cas existe et est fréquent. Faites vous accompagner surtout, et soyez lucides.

Poulain (de 6 mois à 3 ans)Expérience ; Encadrement ; Investissement.

Pour moi ce sont les 3 premiers mots qui me viennent à l’esprit. Pourquoi ? Plus on prend un cheval jeune, moins on a le droit à l’erreur. En effet, acheter si jeune permet de payer un prix inférieur à celui qu’on paierait si le cheval avait un dressage plus avancé. On peut avoir un réel suivi ainsi qu’une bonne connaissance de ses antécédents depuis la naissance, suivre et gérer son éducation/débourrage/dressage, par conséquent le faire à sa main. Cependant, c’est une longue expérience fastidieuse, beaucoup de points sont à prendre en compte derrière ses avantages, et j’ai bien conscience qu’avoir son cheval depuis qu’il est bébé est un rêve pour beaucoup.

Dans un premier temps, il faut faire preuve de patience. Ce type d’achat n’est pas fait pour les gens pressés. En effet, l’idéal est d’attendre les 3 ans avant de penser au débourrage, puis de remettre au pré pour éventuellement reprendre quelques moi après, voir un an après, lors de petites séances espacées et progressives. De plus, un poulain a besoin de grandir avec ses congénères dans un troupeau hétérogène pour apprendre sa vie de bébé et de futur cheval, sans être manipulé en permanence, seulement lors de séances concises. C’est un long processus. Ensuite, il faut savoir que la solution n’est économique que concernant le prix d’achat, car le coût d’entretient est le même que pour un cheval normal et finalement, l’investissement peut paraître plus important sur le long terme que pour un cheval déjà débourré (compléments, pension, débourrage, éventuellement valorisation et travail par un pro…).

Pour terminer, le résultat est très aléatoire. C’est un peu jouer au loto du cheval. C’est une expérience pleine de remises en question, de doutes, une route pleine d’obstacles et de virages, dont la finalité n’est pas sûre. Vous pouvez très bien acheter un bébé sur le papier, qui finalement ne vous emmènera jamais en 1*. Mais que serait le monde de l’équitation sans aucune remise en question ?

Ma cible : cavalier encadré (important), amateur/pro/éleveur ou potentiel futur éleveur, achetant en fonction des origines pour valorisation/concours/reproduction ou simplement désireux suivre son cheval dès le plus jeune âge pour une pratique de loisirs par la suite. Mais surtout, quelqu’un de patient et d’éclairé.

Jeune cheval (de 3 à 6 ans) 

Si on veut faire un cheval à sa main, sans avoir les inconvénients de l’attente longue et de l’incertitude que peut avoir l’achat d’un poulain, peut être qu’acheter à cet âge est une bonne idée. En effet, le débourrage a été effectué, mais il reste encore une grande capacité de progression et d’évolution. Il faut bien évidemment accorder de l’importance à un encadrement de qualité car c’est un âge ou le cheval est très « maléable », par cela j’entends qu’il apprend énormément, qu’il faut tout autant éviter de faire des erreurs et de se laisser dépasser par de mauvaises habitudes. A cet âge vous posez les bases qui resteront, alors ça serait dommage de poser les mauvaises non?

Bien évidemment, la gamme de prix sera légèrement plus élevée, et bien que le débourrage ait été effectué, il est donc encore possible de le faire à votre main. Cela nécessitera une implication légèrement plus chronophage car votre cheval aura besoin de se dépenser, d’apprendre. Ce que j’entends par là, est que passer faire un coucou à votre poulinou et passer monter prends plus de temps. De plus, le cheval peut vivre en 5 et 7 ans une petite « crise d’adolescence » (certains ne le font pas, certains sont plus démonstratifs que d’autres etc…).

Ma cible : cavalier expérimenté, encadré, qui cherche à faire évoluer un cheval tout en continuant d’évoluer qu’il soit amateur ou professionnel. Convient au cavalier de loisirs et au cavalier qui a des objectifs en concours et/ou en valorisation.

Adulte (entre 7 et 15 ans) 

Il faut savoir que le tempérament du cheval se stabilise vers 7 ans environ. Si vous souhaitez vous faire plaisir et continuer d’apprendre sur un cheval au dressage plus avancé qu’un jeune, qui normalement a acquis le plus important, un cheval de cet âge est peut être idéal pour vous. La croissance est terminée, et normalement la maturité atteinte (bien que certains ne l’atteignent jamais ahah), on dit souvent que c’est le meilleur âge pour se faire plaisir à cheval.

Evidemment, le prix sera plus élevé si vous le prenez entre 7 et 10 ans qu’à 15 ans. Mais vous en profiterez tout autant d’un point de vue d’expérience, il vous permettra de progresser sans penser à le faire progresser lui bien qu’il continue à avoir besoin de travailler. Si vous souhaitez faire un cheval à votre main, à moins qu’il n’ait absolument rien fait précédemment et que son niveau de dressage soit peu élevé, ce n’est pas l’âge idéal pour ça. Mais pour un cavalier qui souhaite se faire plaisir à cheval, oui.

Ma cible : cavalier expérimenté ou qui cherche à progresser sans avoir un cheval à former. Cavalier amateur ou professionnel, cavalier de loisirs et/ou de concours.

Adulte à vieux cheval (15 ans et +) 

A cet âge le cheval a les mêmes qualités que citées précédemment mais le prix commence à décroître. Bien évidemment, on en profitera moins longtemps que si on achète son cheval à 3 ans (je parle au niveau monte/travail/performance car certains cherchent juste un compagnon sans viser la performance, donc si vous souhaitez un cheval dans la force de l’âge, retournez aux paragraphes du dessus), mais je le répète, tout cela dépend des objectifs que l’on a et il est possible de se faire plaisir encore plusieurs années, à condition d’adapter son travail. Certains chevaux vieillissent plus ou moins bien, il y a plus ou moins de risques de problèmes et/ou lésions liées à l’utilisation durant la période précédente. Mais il ne faut pas négliger les papys, ils sont pleins de surprises je vous promets, puis certains ont encore beaucoup d’énergie à revendre, c’est du cas par cas.

Ma cible : cavalier de loisirs cherchant un compagnon pour se faire plaisir et continuer à progresser sans forcer sur le travail et sans grands objectifs de performance, ou simplement cherchant un cheval pour lui offrir une belle retraite et le chouchouter.

_________________________________________________________________

Quel sexe ? 

Le sexe n’est pas un critère principal, mais tout dépend ce qu’on recherche. Si on a des souhaits de reproduction, on se tournera plus vers une jument ou un entier qu’un hongre. Si on veut avoir un cheval avec le moins de tracas possibles, on se dirigera plus vers un hongre. Mais pourquoi ? Je vais vous lister les plus et les moins que j’attribue à chaque sexe, et chacun est libre de son choix. C’est aussi une question d’affinités.

Le hongre : il a un bon tempérament du à la castration, peu vivre au pré et en groupe sans problème, et vous n’aurez pas de soucis à le faire accepter dans n’importe quelle pension. Son seul « inconvénient » est qu’il ne peut pas reproduire.

Les entiers/étalons : ce sont de beaux chevaux, avec beaucoup de prestance, belle robe brillante, belle encolure et morphologie. Bien évidemment ils peuvent reproduire et être source de revenus, dans la mesure ou ils ont été agréés (et encore faut il que les origines/performances ou la robe soient intéressantes) Il est difficile de leur offrir la vie idéale et certaines pensions les refusent bien que certains n’aient pas un tempérament chaud.

→ Mon avis les concernant, et je tiens à mettre en garde : si on ne peut pas leur offrir des conditions de vie optimale dont n’importe quel cheval a besoin (vie sociale de cheval normal, épanouissement normal etc…), on n’en achète pas. Je vois beaucoup trop d’entiers enfermés, que l’on craint car ils développent des troubles du comportement à cause de cette vie frustrante (agressivité, trop plein d’énergie…).

La jument : elles aussi sont acceptées dans toutes les pensions, et peuvent vivre au pré en troupeau. Elles peuvent reproduire. Cependant elles peuvent avoir du tempérament, et ça, on ne peut pas le calmer par une castration. Elles peuvent être sujettes à des problèmes gynécologiques/ovariens, mais bien sûr, pas toutes, c’est juste une éventualité.

_________________________________________________________________

Ou l’acheter ? 

En fonction de ce que l’on recherche, vous pouvez trouver votre perle rare dans de nombreux endroits :

  • Élevages
  • Marchands
  • Associations
  • Manifestations équestres (Lamotte Beuvron, la semaine de l’élevage…)
  • Les ventes aux enchères
  • Le bouche à oreille
  • Les petites annonces (Facebook, Leboncoin)

 

_________________________________________________________________

Et surtout, ne pas négliger la visite vétérinaire et l’établissement d’un contrat de vente/achat pour ne pas vous retrouver dans l’embarras si un quelconque problème survient. Avec ça, vous aurez pris vos dispositions !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s