Je vous présente ma pouliche ? – La rencontre.

Salut à tous,

Je voulais vous faire ce petit article aujourd’hui pour vous exposer une jolie partie de ma vie, pleine d’espoir. Je ne parle pas beaucoup de moi sur le blog, et on me l’a parfois demandé, bien que cela ne soit pas la vocation principale de Trendy Pony, c’est toujours sympa de savoir à qui l’on a affaire, je suppose. Du coup, me voici aujourd’hui pour un petit billet qui change de d’habitude.


Avant ma pouliche… 

Je ne vais pas m’éterniser sur ce qui l’a précédée, mais pour comprendre, il faut que je vous en touche deux mots. Lorsque j’étais au lycée, mon père m’a offert un jeune poney, un Connemara de 6 ans, nommé Bally Boy. A savoir que mon rêve depuis gamine, moi qui montais à cheval depuis mes 3 ans, était bien évidemment de devenir propriétaire, bien que j’avais arrêté de réclamer à mes parents (qui sont divorcés). Du côté de ma mère, l’achat avait toujours été hors de question, et de celui de mon père, cela s’est présenté au moment ou j’avais abandonné l’idée depuis déjà quelques années.

Il m’a donc fait la surprise, et j’ai pu commencer mes recherches. J’ai eu un énorme coup de coeur sur Bally, qui a passé la visite vétérinaire en Février 2012, et qui m’a rejoint en Seine et Marne en Avril 2012. Une idylle pendant plus d’un an, malgré la difficulté qu’apporte un jeune poney au travail, cela fut très enrichissant, et j’ai développé une énorme complicité avec ce poney qui a énormément compté pour moi.

1 an et demi après son arrivée, mon père n’a pas pu continuer d’entretenir Bally alors que j’allais entrer en études supérieures. J’ai tout fais pour garder ce poney, j’ai arrêté les cours un an pour bosser et l’assumer. J’ai bien évidemment du reprendre les études à la rentrée suivante. J’ai même changé de région pour aller dans une ou le coût d’entretient d’un cheval est moins élevé qu’en région parisienne… Mais au bout de quelques mois, impossible d’assumer tout ça, le rythme intense, les sous qui manquent, les parents qui n’avaient pas demandé ça.. J’ai du me séparer de Bally, en Décembre 2014, car c’était la décision la plus raisonnable pour nous deux. En me disant que quand j’aurais terminé les cours, j’aurais mon cheval, que je m’achèterais seule et assumerais seule.

1554635_621882724592384_3705698195306098716_n
Bally Boy, Juillet 2014.

 


 

Commençons par le commencement… 

Deux années se sont écoulées après la vente de Bally, et je ne suis pas remontée à cheval pendant toute cette période. Le manque se faisait vraiment ressentir; des chevaux eux-mêmes plus que la discipline de l’équitation. Mais je ne voulais pas reprendre en club, et je n’avais pas le temps de prendre une demi-pension à côté des cours. Petit à petit je renoue avec le monde du cheval, après avoir tout supprimé de Facebook, donné toutes mes affaires, je me ré-intéresse peu à peu au monde de l’équitation, et j’ai commencé à réfléchir à une solution adéquate pour combler ce manque.

J’ai découvert, via le bouche à oreille, un petit élevage dans la Meuse : Le Faux Miroir. Qui propose des chevaux de tous âges, couleurs destinés à toutes disciplines. J’attends la fin de mon année scolaire en cours (2016), et de mes partiels, puis je prends rendez-vous avez l’éleveuse histoire de faire un petit état des lieux, par curiosité.

Dans ma tête malgré tout, quelques critères, et très bien réfléchis (je vais vous expliquer). Une jument, entre le grand poney et le petit cheval, pour du loisir autant que pour me faire plaisir sur des petits concours toutes disciplines confondues. Dans ma tête je m’imaginais une pie baie, mais je n’étais pas non plus bornée niveau robe. Idéalement je voulais une pouliche, car cela me donnait le temps de la laisser grandir à l’élevage dans les meilleures conditions, le temps de finir mes études, et de la récupérer lorsque je les aurait terminé.


 

Le 14 Mai 2016

Partiels terminés, on est Samedi midi et je suis sur le départ pour l’élevage (je ne sais pas si vous avez déjà essayé de manger un sandwich en conduisant, mais c’est franchement la m***de), bref. J’ai rendez-vous à 14h. Arrivée, on s’assied autour d’une petite tasse de café, et on discute de ce que je veux, de ce que j’aimerais faire, mon budget, etc… Aussitôt fait, nous partons visiter les parcs.

Elle me présente un premier poulain, petit palomino, avec lequel le courant ne passe pas vraiment, et qui ne correspond pas vraiment à mes critères. Du coup, je passe ma route, et nous nous dirigeons vers un autre parc.

Après quelques minutes de voiture, nous voici arrivées dans un immense parc, avec pleins de jeunes poulains, qui gambadent ou font la sieste au milieu du reste du troupeau plus âgé.

Et là… mon regard se dirige vers une petite boule de poils pie baie, qui dort paisiblement dans l’herbe, et que sa mère réveille petit à petit à mesure que le 4×4 s’approche.

P1070602

 

C’est assez étrange, mais en fait, je n’avais d’yeux que pour elle. J’ai donc commencé à demander des infos à l’éleveuse, et nous restons tourner autour d’elle avec la voiture. Nous ne descendons pas car comme elle a à peine 4 jours, la mère reste encore très protectrice (et elle le restera pendant plusieurs moi celle-ci d’ailleurs ahah).

 

 

Après y avoir passé quelques minutes, nous retournons à la maison, discuter autour d’un café avant de repartir sur la région de Fontainebleau. L’éleveuse me parle un peu de la pouliche, et me demande si je ressens vraiment que c’est la bonne (pour moi, il n’y avait pas de doute!).

Du coup, le 14 Mai 2016, je signe les papiers de vente de Gooey du Faux Miroir, petite pouliche OC pie bai. Je rentre chez moi aux anges.

P1070611

 


 

Et voici pour le premier article concernant ma Pépette ! Est ce que cela vous intéresserait d’avoir des updates réguliers ? 

 

A très vite,

Danaë

2 commentaires sur « Je vous présente ma pouliche ? – La rencontre. »

  1. Super article ! C’est magique de nous faire partager la première rencontre avec ta pouliche ! Et on ressent aussi la force que tu as mis dans ton projet de garder ton premier cheval. ça a dû être vraiment dur de t’en séparer. Bravo à toi pour cet article plein de sincérité … et j’ai hâte de connaître la suite !!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! C’est vrai que même encore aujourd’hui j’ai du mal à m’en remettre d’avoir du abandonner… Mais bon, je me dis que quand j’aurais récupéré ma pouliche le vide se comblera.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s